Ayurvéda : 3 pratiques simples pour débuter

Par 13 septembre 2018 Vivre mieux

Ces dernières années, l’ayurvéda suscite de plus en plus d’intérêt en France, notamment à travers ses techniques comme le massage ou les remèdes naturels. Zoom sur 3 pratiques ayurvédiques simples à mettre en oeuvre au quotidien !

L’ayurvéda est originaire de l’Inde ancienne et remonte à plus de 5 000 ans. Cette approche est considérée comme la plus ancienne pratique holistique du monde. Elle associe en effet le corps et l’esprit. Ce qui implique de soigner la personne, et non uniquement la maladie. L’ayurvéda intègre des remèdes naturels, une diététique particulière ainsi que des massages. À la fois philosophie, médecine et art de vivre, sa pratique nous propose un chemin naturel de santé et de bien-être.

De l’Inde à la France

En Inde, toutes ces techniques sont enseignées à l’université ; il existe des pharmacies, des cliniques, des centres ayurvédiques. La pratique de l’Ayurveda en France se concentre essentiellement sur l’aspect  » bien-être  » de la discipline.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) la reconnait pourtant depuis 1982 comme une médecine traditionnelle. La pharmacopée ayurvédique est elle-même illimitée et fait l’objet de nombreuses recherches et d’un grand nombre de publications scientifiques.

Connaissez-vous votre Dosha ?

En ayurvéda, le concept de dosha est central. Tout individu porte en lui les énergies (Ether, Air, Eau, Feu, Terre) qui régissent l’univers. Ces énergies cohabitent, dans des proportions différentes, chez chacun de nous. Cette combinaison unique détermine notre constitution physique et mentale, c’est notre dosha (humeur).
Il existe 3 doshas ou profils ayurvédiques : Vata, Pitta et Kapha. L’air et l’éther dominent ? La personne est vata, comme le vent, plutôt légère et mince, vive, mobile voire instable. Une nature pitta (feu et eau) montre de l’entrain, un fort tempérament mais aussi une tendance à la colère. Elle est sujette à la transpiration ou aux inflammations. Un individu kapha (terre et eau) se reconnaît à sa silhouette charpentée, sa modération, voire sa lenteur. Il a tendance à être sédentaire et à intérioriser le stress. La majorité d’entre nous possède un ou deux doshas dominants. On peut ainsi être vata-pitta ou vata-kapha.

La constitution de chaque être humain est déterminée à la conception en fonction des doshas des parents, de l’environnement, de l’époque de l’année, des astres… Cette constitution restera la même jusqu’à la mort, c’est notre prakriti (empreinte). En ayurvéda, il n’existe pas de combinaison supérieure aux autres. Cependant, chaque personne doit maintenir cette combinaison originelle et les maladies seraient causées par un déséquilibre des doshas. Quand la proportion d’un dosha augmente, on parle alors de vikriti (déséquilibre).

Ce dysfonctionnement est apporté par le mode de vie, la nutrition, et surtout la méconnaissance de notre prakriti. L’approche ayurvédique s’attache à rééquilibrer les doshas et empêcher que la maladie ne s’enracine profondément.

Retrouver l’harmonie

Après un bilan ayurvédique personnalisé, le praticien détermine le type de traitement à mettre en place. Fondé sur la diététique, la phytothérapie, le massage, la respiration ou encore le yoga, ce traitement aide à rétablir et à maintenir l’équilibre entre le corps et l’esprit. Le praticien ayurvédique traite chaque individu de façon unique et tient compte de facteurs tels que l’environnement, le milieu de travail, les changements climatiques. L’objectif : (re)trouver l’équilibre et l’harmonie, notamment grâce à une meilleure compréhension de son dosha et à un rééquilibrage de son alimentation

3 pratiques simples pour intégrer l’ayurvéda à votre quotidien

Faire « gandouch »

                                              Gratte langue

Au lever et à jeun, l’ayurvéda préconise d’utiliser un gratte-langue pour assainir le film bactérien lingual. Le brossage de langue se fait d’arrière en avant, afin d’éliminer les dépôts qui la recouvrent. 2 ou 3 passages doux sur la langue permettent d’éliminer ces dépôts et mucosités qui peuvent migrer vers les sinus. Après ce nettoyage, faire « gandouch« . Autrement dit, pratiquer un bain de bouche en mélangeant une cuillère à soupe d’huile de sésame avec la salive, bouche fermée, pendant 10 minutes (profitez-en pour préparer votre petit-déjeuner). Procédez à des mouvements de va-et-vient avant de cracher le mélange. Rincez ensuite votre cavité buccale à l’eau tiède.

Ce bain à l’huile augmenterait l’énergie du corps tout en éliminant les tensions du visage. Les textes ayurvédiques disent que la pratique de Gandouch « embellit les lèvres, renforce les dents, assainit les gencives. Elle rend le visage plus harmonieux et beau. »

Et si vous commenciez par le dessert ?

Le repas « type » doit rassembler à lui seul les six goûts (rasa) : sucré, aigre, salé, piquant, amer ou astringent. L’ayurvéda prône un ordre dans leur consommation au cours d’un même repas. En premier : la saveur sucrée ou douce active les papilles gustatives et enclenche le processus digestif. En pratique, vous pouvez opter pour un fruit doux ou quelques fruits séchés une demi-heure avant le repas. Ou encore une entrée composée de légumes naturellement sucrés (carottes râpées, betterave, patates douces…).

Arrivent ensuite l’acide (type chutney) et le salé. On finit le repas avec des goûts piquants, amers ou astringents (thé noir, infusion de plantes amères, salade).  Intéressant, vous ne trouvez pas ?

La composition des repas est importante, mais la façon dont vous les consommez l’est tout autant. Afin de faciliter la digestion, vous prendrez vos repas assis et au calme, entouré de personnes bienveillantes.  Mangez tranquillement, sans vous hâter, pour prendre conscience des aliments et limiter votre consommation. Écoutez votre appétit !

Si nous finissons le repas par un dessert sucré, la saveur douce stagne et bloque le processus digestif. Ce faisant, elle cause fermentation et crée ce qu’on appelle ama (toxines). Le déjeuner doit être le repas principal de la journée. Les boissons se consomment tièdes ou chaudes, plutôt en dehors des repas. On ne consomme pas d’aliments sortis du frigo pour ne pas freiner le « feu digestif ».

Le jala neti

Lota

Le jala neti (ou nettoyage du nez par l’eau en sanskrit) se pratique en Inde depuis des millénaires. Il consiste à laisser s’écouler de l’eau salée d’une narine à l’autre pour nettoyer le nez, à l’aide d’un outil appelé lota. On utilise le lota aussi bien de façon préventive (une à deux fois par semaine) que curative (chaque jour en cas de sinusite, rhinite allergique…). Son utilisation combat les effets de la pollution, de la poussière et du pollen.

En pratique, il faut préparer une solution saline avec de l’eau de source à température ambiante. Il faut compter environ 1 cuillère à café de sel marin bio pour 500 ml d’eau, mais chacun trouvera son dosage de confort. La solution ne doit pas piquer le nez. Bien remuer afin de dissoudre le sel en totalité avant de remplir le lota avec cette solution.

Certains naturopathes conseillent d’y ajouter un peu de bicarbonate de soude ou du chlorure de magnésium (1/2 cuillerée à café maximum).  Pour le nettoyage, il est conseillé de :

  • se placer au-dessus d’un lavabo et ouvrir la bouche ;
  • bien incliner la tête sur le côté et introduire l’embout du lota à l’entrée de la narine se trouvant vers le haut : l’eau va y pénétrer et s’écouler par l’autre narine ;
  • se moucher et recommencer le nettoyage de la narine opposée, en penchant la tête dans l’autre sens.

Il faut parfois quelques essais avant de trouver la bonne inclinaison de la tête pour que l’eau ne coule pas dans la gorge.

 

Une question ? Demandez-nous
Une question ? Demandez-nous
Bienvenu, des questions, des doutes, un problème? Nous sommes là pour vous aider.
Connexion...
Ninguno de nuestros consejeros está disponible en este momento. Pruebe más tarde.
Todos nuestros consejeros están ocupados en este momento. Pruebe más tarde.
:
:
:
Posez-nous vos questions, un conseiller vous répondra en direct.
:
:
La sesión ha caducado.
Cette conversation a été utile? Notez la session.
Bon Mauvais